Actualités

Idéathon « Nourrir la créativité » : reporté au 30 mars 2022

Concours d’intelligence collective ouvert largement aux particuliers ou salariés, étudiants, entrepreneurs ou monde associatif, Idéathon propose de réfléchir et de créer autour d’un défi majeur pour les hommes et le monde de demain : comment accélérer la transition vers la consommation de protéines végétales dans l’alimentation humaine ? Ce concours d’intelligence collective au service de la souveraineté alimentaire se tiendra le 30 mars à Dijon et à Lille au lieu du 2 février initialement prévu.

Terres Inovia, l’institut technique des professionnels de la filière des huiles et protéines végétales et de la filière chanvre, et Terres Univia, l’interprofession des huiles et protéines végétales, en collaboration avec le Village By CA, Vitagora, ToasterLAB, IAR invitent toutes les personnes intéressées par la créativité et les protéines végétales à participer à l’idéathon « nourrir la créativité » sur la thématique des protéines végétales, le 30 mars prochain à Dijon et à Lille. Ce concours bénéficie du soutien de la fondation Avril, de Protéines France et du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation dans le cadre de France Relance.

Les solutions des équipes seront évaluées selon leur cohérence avec les 3 piliers de la durabilité, (environnemental, économique et social), leur pertinence par rapport aux problématiques des acteurs sur les différentes étapes de la chaîne de valeur agricole ou agroalimentaire en France et à l’international, leur impact économique et leur pertinence à bénéficier d’un accompagnement. Le jury sera composé de représentants des partenaires et des parties prenantes de l’alimentation durable.

Organisé dans le cadre du projet « Répondre à la transition alimentaire par des produits locaux, durables et diversifiés » du programme Cap Protéines, le concours entend mettre à l’honneur la souveraineté alimentaire, nourrie de la créativité et de l’imagination des participants.

 

Renseignements pratiques

L’idéathon aura lieu le 30 mars 2022 de 8h30 à 17h. Il se déroulera simultanément sur deux sites du Village by CA, à Dijon et à Lille. 

Inscription : L’alimentation végétale vous passionne ? Inscrivez-vous individuellement et gratuitement à l’idéathon sur https://www.nourrir-la-creativite.fr/ et joignez-vous sur place à un « ice breaker » qui vous permettra de vous mettre en relation avec les autres participants et de monter votre équipe. 

A gagner ? 250 € pour chaque membre de l’équipe gagnante, un diagnostic professionnel et un plan d’action réalisés le Village by CA Nord de France.

Toutes les infos ici sur cet idéathon.

Récolte 2021 de soja : des rendements et des surfaces en hausse

Un rendement moyen national à 29 q/ha en 2021, en hausse de 13 % par rapport à la moyenne quinquennale, et des surfaces à 157 000 ha, soit 14 % de plus qu’il y a 5 ans : Terres Inovia, l’institut technique des professionnels de la filière des huiles et protéines végétales et de la filière chanvre, et Terres Univia, l’interprofession des huiles et protéines végétales, viennent de dévoiler le bilan positif des récoltes 2021.Dans les bassins historiques, les rendements sont bons en 2021. Dans le Sud-Ouest, ils sont estimés en moyenne à 30 q/ha, dépassant les résultats de 2015 et 2017, et allant de 23 q/ha en conduite pluviale (ou en sec) à 38 q/ha en conduite irriguée. En région Bourgogne Franche-Comté, les rendements se positionnent dans la moyenne nationale à 29 q/ha, avec de meilleurs résultats pour les semis de fin avril début mai (35-40 q/ha). Les récoltes alsaciennes, quant à elles, devraient se situer entre 35 et 40 q/ha tout comme en région Rhône-Alpes, ce qui constitue, pour ce bassin, de très bonnes performances.

Dans les nouveaux bassins de production, les rendements s’avèrent hétérogènes. En Auvergne, la moyenne flirte avec la moyenne nationale, voire la dépasse (30-32 q/ha). Dans le quart nord-ouest de la France, les résultats vont de 10 à 40 q/ha avec une moyenne de 27 q/ha, en raison principalement de pertes à la levée importantes.

Que ce soit en conduite pluviale ou irriguée, les évolutions du contexte économique devraient entraîner une augmentation marquée des marges brutes du soja entre 2020 et 2021, estimée à + 38 % pour une même gamme de rendements. Pour un prix de vente compris entre 400 et 500 €/t, la marge brute du soja se situerait en conduite irriguée autour de 1100 €/ha et de 760 €/ha en conduite pluviale. La maîtrise de la date de semis et le choix variétal constituent deux éléments cruciaux pour sécuriser la récolte et limiter des frais de séchage en augmentation à cause du renchérissement de l’énergie.

Pour la campagne 2022, dans un contexte de forte augmentation du coût des engrais, le soja pourra valoriser son indépendance vis-à-vis des engrais azotés. Les effets économiques positifs du précédent soja sur le maïs seront également renforcés. La culture du soja permet, par exemple, une économie de 30 à 50 unités d’azote dans la fertilisation azotée du maïs suivant par rapport à un précédent maïs (soit 30 à 60 €/ha d’économie de charges). De plus, ses faibles résidus permettent de réduire les coûts d’implantation de la culture suivante.

Enfin, la tension du marché sur le tourteau de soja non OGM d’importation est très forte en Europe. Ainsi, l’écart de prix entre le tourteau de soja 48 % (de protéines) d’import non OGM et standard (c’est-à-dire OGM) dépasse +450 €/t sur la campagne en cours 2021/2022 alors qu’il était compris entre +100 et +150 €/t de tourteau entre 2012 et 2020. Cette tendance renforce l’intérêt de développer et consolider une filière française durable de soja tracé origine France, au bénéfice de la souveraineté alimentaire française.

Le plan d'actions de la filière oléoprotéagineuse française pour la souveraineté alimentaire

A la suite du dernier accord interprofessionnel, une stratégie et un plan d’actions ont été définis pour la période 2021-2023. L’objectif ? « Donner à la filière oléo-protéagineuse les moyens de répondre aux défis stratégiques de demain », indique Antoine Henrion, président de Terres Univia. C’est pourquoi ce nouveau plan d’actions « porte la vision de transition, de développement et d’innovation de tous les acteurs de la filière, et dévoile une ambition commune : recouvrir les 2 millions d’hectares cultivés de tournesol et de colza, et augmenter de 40 % les surfaces de légumineuses d’ici 2024 pour être au rendez-vous de la souveraineté alimentaire française. »

Ce plan d’actions est financé par les professionnels de la filière à travers la Cotisation Volontaire Obligatoire (CVO), une cotisation interprofessionnelle prélevée auprès des producteurs de graines, les collecteurs, les transformateurs et incorporateurs d’oléagineux et de protéagineux. La CVO finance ainsi les actions et innovations collectives de la filière.

Il vise à :
- conforter et promouvoir la complémentarité entre légumineuses et oléagineux pour répondre à la demande des marchés ;
- accompagner et promouvoir la transition durable des modèles agricoles vers une multi-performance des productions et des filières ;
- valoriser les chaînes de valeur issues des productions oléo-protéagineuses dans l’économie circulaire biosourcée et décarbonée au service de la transition énergétique ;
- accompagner la transition alimentaire en valorisant les atouts des produits issus de la filière pour répondre aux demandes des consommateurs ;
- mener une démarche de responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Découvrez les objectifs et les actions phares dans la plaquette de présentation (PDF, 850 ko) du Plan d’actions 2021-2023.

Varenne agricole de l'eau et de l'adaptation au changement climatique : les réflexions de la filière

Lancé en mai 2021 par Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Bérangère Abba, secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, le Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique vise à engager une réflexion collective pour la résilience de l’agriculture face aux aléas climatiques.

L’Interprofession des huiles et des protéines végétales a participé au second volet du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation climatique autour du thème « Renforcer la résilience de l'agriculture dans une approche globale en agissant notamment sur les sols, les variétés, les pratiques culturales et d'élevage, les infrastructures agroécologiques et l'efficience de l'eau d'irrigation ». Elle a initié sa réflexion avec ses familles professionnelles dans une première note commune pour contribuer au Conseil spécialisé grandes cultures, coordonné par FranceAgriMer.

Terres Univia s’appuie sur son institut technique Terres Inovia, qui a rédigé la première version de la note à partir de ses travaux de synthèse sur les impacts et premières pistes d’adaptation au changement climatique.

Étant donné le manque de connaissances fréquent sur les espèces oléo-protéagineuses, le travail de l’institut est construit à partir des observations étayées sur les décennies passées et qui peuvent être raisonnablement projetées dans l’avenir.

Consultez la synthèse des réflexions de Terres Inovia, portées par l'Interprofession

Oléoprotéagineux en France, UE et dans le monde : les chiffres clés publiés

Terres Univia, l’Interprofession des huiles et protéines végétales, publie son recueil annuel de statistiques consacré aux oléagineux et aux plantes riches en protéines. En France, en Europe et à travers le monde, tous les chiffres clés de l’année 2020 sont présentés et mis en lumière par des cartes, des graphiques et des tableaux afin de décrypter la filière et d’identifier les évolutions du secteur. Ce recueil est gratuit et en accès libre sur le site internet de l’Interprofession.

Au fil d’une soixantaine de pages, ce recueil de statistiques présente de nombreux chiffres, figures et tableaux sur les surfaces, rendements, productions, exports/imports, débouchés ou encore les bilans des matières riches en protéines : un outil de référence, à l’heure où, plus que jamais, la filière oléo-protéagineuse est engagée pour répondre aux grands enjeux de la souveraineté protéique française.

Pour télécharger le recueil de statistiques 2020 (PDF , 1,2 Mo).

6 propositions pour la filière oléoprotéagineuse en Europe

En matière de protéines végétales, l’Europe couvre à peine un tiers (30 %) de ses besoins et la France seulement la moitié (50-55 %). Afin d’assurer sa souveraineté alimentaire, la filière oléoprotéagineuse française a impulsé une véritable dynamique en lien étroit avec tous ses partenaires. Et listé 6 propositions pour relever ce défi :

  • donner aux filières oléoprotéagineuses une place stratégique sur le long terme (clauses miroir aux frontières de l’UE, fin de la surtransposition des normes, traçabilité…);
  • reconquérir notre souveraineté protéique (plan Protéines, etc.);
  • amplifier les efforts de recherche et le déploiement des innovations dans les exploitations pour mener les transitions (innovation variétale, accompagnement de la recherche pratique, cadre réglementaire UE sur le secteur des semences) ;
  • assurer aux agriculteurs un accès aux moyens de production pour qu’ils bénéficient de pratiques alternatives fiables et compétitives à court terme ;
  • sécuriser le revenu des producteurs pour mener les efforts de transposition dans un contexte de changement climatique ;
  • ouvrir de nouveaux débouchés aux énergies renouvelables issues de la biomasse agricole pour décarboner l’économie européenne.
     
    Pour en savoir plus sur les 6 propositions de la filière, vous pouvez télécharger la plaquette dédiée à ces 6 propositions (PDF, 1,6 Mo).

Congrès Lipids & Cosmetics, 3e édition : 26 et 27 janvier 2022 à Bordeaux

La 3ème édition du Congrès Lipids & Cosmetics se tiendra les 26 et 27 janvier 2022 à Bordeaux. Cet événement est organisé par Cosmetic Valley, en partenariat avec ITERG, le Centre de Valorisation des AgroRessources (CVA), l'université de Bordeaux, la Région Nouvelle-Aquitaine.

4 thèmes sont proposés pour cette nouvelle édition :
– L’importance des lipides dans la peau et les cheveux
– Nouveaux sourcing des lipides : valorisation, contraintes et opportunités. Où les trouver et où les obtenir ?
– Transformation des lipides vers des fonctionnalités dédiées à la formulation
– Mieux caractériser pour mieux comprendre les lipides.
Cécile Joseph, ingénieure formulation ITERG, interviendra le 26 janvier sur "New amphiphilic structures from edible vegetable oils and properties evaluation".
Florence Lacoste, experte au Département analyse & expertise ITERG, interviendra quant à elle le 27 janvier sur le sujet "Lipids and undesirable substances: quality control".

Plus d'informations sur le site dédié au Congrès Lipids & Cosmetics.

Potentiel de valorisation du tourteau de soja français

La nouvelle fiche de Point Eco met en avant le potentiel d’une augmentation de la trituration de graines de soja françaises, avec la création d’une nouvelle unité de trituration dans les Pays-de-Loire.

Quel pourrait être l’impact de la création d’une nouvelle unité de trituration dans les Pays-de-Loire ? La production de tourteaux de soja issus des graines françaises restant encore limitée, une étude sur l’opportunité d’un développement plus important de la trituration de graines made in France a été menée par le Céréopa (Centre d’Etude et de Recherche sur l’Economie et l’Organisation des Productions Animales).

Cette analyse réalisée en 2020 a travaillé sur deux simulations d’augmentation du volume de trituration. Elle montre qu’une nouvelle unité de trituration qui permettrait un approvisionnement de 75 000 tonnes de tourteaux pourrait répondre aux besoins des filières d’élevage dans la zone des Pays-de-Loire. Une hausse plus importante des volumes (275 000 tonnes) permettrait d’accroître l’autonomie protéique des FAB (fabricants des aliments pour le bétail). « Les tourteaux de soja seraient donc une vraie solution pour se passer du tourteau de soja non OGM d’importation », confirme la fiche Point Eco.

La fiche (PDF, 317 ko) peut être téléchargée gratuitement sur le site de Terres Univia.

Récoltes tournesol : 2021, année historique

Les bilans de récoltes tournesol 2021, publiés par Terres Inovia, l'institut technique de la filière des huiles et protéines végétales, laissent transparaître une année record pour la culture, les performances étant au rendez-vous dans la plupart des régions. Ainsi, la campagne 2021 se termine avec des rendements moyens compris entre 28 et plus de 30 q/ha selon les bassins de production. Ces bons résultats sont liés à la conjonction de conditions de semis satisfaisantes qui ont permis des implantations de qualité (densité levée et qualité d'enracinement) et d'une alimentation hydrique régulière, en particulier sur la période clé de la floraison. Les semis qui ont pu être réalisés de façon précoce et jusqu'à fin avril ont, cette année, mieux profité des pluies de juillet que les semis réalisés plus tardivement.

Plus d’informations, y compris des rendements par régions, sur la page dédiée du site de Terre Inovia.

 

Prochains webinaires Iterg : 16 novembre et 9 décembre 2021

ITERG organise pour ses adhérents deux webinaires :
- 16 novembre 2021 : "Pour une nouvelle approche de l'extraction mécanique", animé par Patrick Carré, Ingénieur Procédés Senior, Terres Inovia ;
- 9 décembre 2021 : "Marché cosmétique : attente sociétale vs verrous technologiques", animé par Marie Reulier, Cheffe de projets Chimie du Végétal & physico-chimie ITERG.