Actualités

Revoir RFL3 et télécharger les derniers chiffres clés sur les légumineuses

A la suite des RFL3, Terres Univia publie la dernière édition de ses chiffres clés sur les plantes riches en protéines. Composition, bilan des matières riches en protéines, rendements et productions, marché français et européen, les légumineuses bio… : l’interprofession des huiles et des protéines végétales livre un état des lieux exhaustif des marchés, atouts et débouchés de ces cultures à haut potentiel. Ce recueil est téléchargeable (PDF, 1,7 Mo).

Ce recueil fait écho à la troisième édition des Rencontres Francophones sur les Légumineuses (RFL3), qui se sont déroulées sous-forme numérique les 24 et 25 février. Ce rendez-vous incontournable d’échanges entre scientifiques, experts, nutritionnistes, agriculteurs, représentants politiques et professionnels était organisé par Terres Univia, Terres Inovia, le Cirad et INRAE. Les vidéos de présentation et les documents de ces rencontres peuvent être visionnées en ligne sur le site dédié à l'évènement.

 

RFL3 : la 3e édition des Rencontres Francophones sur les Légumineuses, 24 et 25 février 2021

La crise sans précédent que vivent nos sociétés met en lumière le besoin de systèmes agricoles autonomes en protéines et en azote, favorisant une alimentation durable. De nombreux pays renouvellent leur stratégie de développement des protéines, dont le gouvernement français qui a lancé le Plan Protéines, débloquant 100 millions d’euros pour la filière des protéines végétales, afin d’accroître l’indépendance de la France. Parce que ces protéines végétales sont au cœur des nouvelles stratégies nationales, européennes et internationales, les Rencontres Francophones sur les Légumineuses, organisées par Terres Inovia et Terres Univia, le Cirad et INRAE sont de retour pour une 3e édition les 24 et 25 février 2021, en format numérique, co-présidée par l’ESA d’Angers et INRAE de Rennes. Ce rendez-vous incontournable d’échanges entre scientifiques, experts, nutritionnistes, agriculteurs, représentants politiques et professionnels a pour objectif de créer des synergies entre les pays francophones pour favoriser l’émergence d’une vision commune sur les légumineuses, qu’elles soient à graines, fourragères, ligneuses ou de service.

Plus d’information dans le communiqué des organisateurs (PDF, 288 ko).

 

Applis mobiles alimentaires : peut mieux faire

Yuka, Open Food Facts, Buy or Not… : les applications alimentaires proposées aux consommateurs ont été passées au crible par Terres Univia durant plusieurs mois. Objectif : réaliser une cartographie de ces applications et une analyse des produits de la filière afin de comprendre comment ceux-ci sont perçus par ces applications. Les résultats soulignent que les notations des produits sont très réductrices et ne mettent pas en avant leurs atouts. Un travail collectif sur l’amélioration de la prise en compte des avantages des produits de la filière semble nécessaire.

Des erreurs et incohérences

Ainsi, cette analyse a permis de révéler un bon nombre d’erreurs et d’incohérences dans le discours des applications, mais aussi dans leur fonctionnement et leur manière d’analyser et de noter les produits. La prise en compte et la notation des additifs est la plus emblématique puisque beaucoup d’applications émettent leur propre jugement. A noter aussi : une grande confusion sur le bio, considéré par la majorité des applications comme un logo de qualité ou de santé plutôt qu’environnemental.

En outre, l’analyse de Terres Univia a montré qu’un même produit peut être très bien noté sur une application et très mal sur une autre application en fonction des critères retenus, ce qui peut engendrer de la confusion. Enfin, si les industriels sont soumis à des normes et des règlementations, ce n’est pas le cas des applications, qui sont libres d’apporter des visions et des jugements non vérifiés par des autorités compétentes, voire non justifiés. « Il pourrait être intéressant que les autorités publiques puissent auditer la pertinence et potentiellement réguler la façon de noter, d’évaluer et de labéliser les produits par les applications, recommande l’Interprofession dans son rapport de synthèse. Il est important que les applications puissent justifier de leur légitimité à donner leurs avis. Il semblerait en effet nécessaire que les exigences des applications soient évaluées par une autorité experte compétente indépendante, mobiliser des expertises de gestion des risques ou bien encore de labéliser les applications sur leur pertinence. Les applications sont aujourd’hui une solution très utile mais il faudrait qu’elles se dotent d’expertises scientifiques. »

Atouts nutritionnels et origine occultés

Ainsi, dans ces applications, les atouts nutritionnels des huiles, margarines et produits à base d’huile sont très peu pris en compte, de même que les produits au soja et des matières protéiques végétales (MPV), ainsi que les bienfaits environnementaux de ces cultures. Quant aux légumes secs, leurs profils nutritionnels sont bien mis en avant, mais leurs bienfaits et allégations (santé, nutrition, environnement) sont souvent occultés.

Enfin, l’origine est très peu mise en avant et n’est pas un critère de notation pour ces applications. « Ainsi, il semble nécessaire de travailler collectivement à l’amélioration de la prise en compte des avantages de l’ensemble des produits de la filière pour en améliorer leur image sur ces applications qui seront, dans le monde de demain, des outils incontournables du choix alimentaire des consommateurs », indique la synthèse produite par Terres Univia.

Retrouvez la synthèse complète de l'étude sur l'affichage consommateurs (PDF, 173 ko)

Parution du 6e numéro de La Lettre des OléoPro

Le 6e numéro de La Lettre des OléoPro vient de paraître. Chaque trimestre, cette newsletter rassemble toutes les dernières informations de la filière des huiles et des protéines végétales.

Dans son édition de février 2021, La Lettre des OléoPro aborde notamment le lancement du Plan national de relance pour les protéines végétales, une étude de l’Interprofession Terres Univia sur l’évaluation des produits de la filière dans les applications mobiles ou encore la nouvelle vague de communication « huiles et margarines végétales, bienfaits de l’Europe ».

Vous pourrez également y trouver l’analyse et l’expertise de l’institut technique Terres Inovia sur la réglementation, comme l’arrêté du 5 février autorisant l’emploi de semences de betteraves sucrières protégées avec des produits contenant de l’imidaclopride ou du thiamethoxam.

La lettre est téléchargeable directement via le site de Terres Univia (PDF, 769 ko).

AGPI-LC omega-3 et Covid-19 : un webinaire de la SFEL le vendredi 26 février 2021, de 13h à 14h

Une alimentation riche en Omega 3 peut-elle prévenir les complications chez des patients atteints de Covid-19 ?Tel est le titre du webinaire proposé par la SFEL (Société française pour l’étude des lipides) le vendredi 26 février 2021, de 13h à 14h et présenté par Pierre WEILL (ingénieur agronome et président-fondateur de l’Association Bleu-Blanc-Cœur).

Cette conférence s’inscrit dans la droite ligne d’un article récemment publié dans Biochimie sous le même titre (May omega-3 fatty acid dietary supplementation help reduce severe complications in Covid-19 patients? Biochimie. 2020 Dec;179:275-280. doi: 10.1016/j.biochi.2020.09.003) et passera en revue les derniers articles parus sur le sujet.

Comme le rappelle le résumé de l’article, chez environ 10 % des patients infectés par le CoV-2 du SRAS, les symptômes de la Covid-19 se compliquent d'une grave atteinte pulmonaire appelée syndrome de détresse respiratoire aiguë, souvent mortelle. Ce syndrome est principalement associé à une surproduction incontrôlée de cellules immunitaires et de cytokines, 7 à 15 jours après l'apparition des symptômes, entraînant une inflammation systémique et une défaillance de plusieurs organes. Parce qu'ils sont des précurseurs métaboliques bien connus de médiateurs lipidiques de pro-résolution, les acides gras polyinsaturés à longue chaîne oméga-3 (AGPI-LC oméga-3) pourraient contribuer à améliorer la résolution de l'équilibre inflammatoire, limitant ainsi le niveau et la durée de la période inflammatoire critique. Les acides gras polyinsaturés à longue chaîne oméga-3 peuvent également interagir à différents stades de l'infection virale, notamment au niveau de l'entrée et de la réplication du virus. L'utilisation d'AGPI-LC oméga-3 mérite donc d'être envisagée, sur la base d'études cliniques antérieures suggérant que la supplémentation en oméga-3 pourrait améliorer les résultats cliniques des patients gravement malades dans la phase aiguë de détresse respiratoire. Dans ce contexte, il est crucial de rappeler que les niveaux d'apport alimentaire en AGPI oméga-3 dans les pays occidentaux restent largement inférieurs aux recommandations actuelles (acide linolénique et dérivés à longue chaîne tels que l’EPA ou le DHA). Un statut optimisé des AGPI oméga-3 pourrait être utile pour prévenir les maladies infectieuses, notamment le Covid-19.

Inscription gratuite mais obligatoire :
https://www.weezevent.com/webinaire-sfel-intervention-de-pierre-weill

 

 

Iterg acquiert la SAS Improve

ITERG vient d’acquérir 92,2% des parts de la SAS Improve, plateforme européenne dédiée à la valorisation des protéines végétales. ITERG constitue ainsi un groupe composé du Centre Technique Industriel et de la SAS Improve et devient un acteur incontournable de la recherche appliquée de la filière des huiles et protéines végétales.

Cette nouvelle entité développera une recherche appliquée sur l’ensemble des huiles et protéines végétales et proposera une offre complète de prestations : recherche, production, analyse et expertise pour les industries productrices et utilisatrices de lipides et de protéines d’origine végétale en s’appuyant sur ses valeurs et atouts que sont l’excellence scientifique l’expertise industrielle et l’innovation au service de la naturalité des produits et de la durabilité des procédés.

Plus d’informations sur la page dédiée du site d’Iterg.

Qualité des graines de colza : une teneur en huile et protéines élevée en 2020

L’observatoire sur la qualité des graines de colza en France, piloté par Terres Univia et réalisé par Terres Inovia, vient de publier l’édition 2020 de sa fiche sur la qualité des graines. Il vise à appréhender chaque année les principaux critères qualitatifs de la récolte.

En 2020, la teneur en huile moyenne est de 44,3 % aux normes, ce qui est nettement supérieur aux résultats de l’an passé et en augmentation de 1,1 point par rapport à la moyenne quinquennale.

A la faveur d’un hiver généralement doux ayant permis une minéralisation continue de l’azote, la teneur en protéines atteint une moyenne de 19,7 % de la matière sèche et s’inscrit dans la moyenne quinquennale.

L’année 2020 est également marquée par une teneur en glucosinolates moyennne relativement élevée (19,6 micromoles par gramme), demeurant sans incidence sur la qualité nutritionnelle des tourteaux.

Retrouvez toutes les informations détaillées dans la Fiche "Qualité Graines" dédiée au colza (PDF, 900 ko).

Iterg certifié ISO 22716 – BPF des produits cosmétiques

Début janvier 2021, Iterg a obtenu la certification ISO22716 – Bonnes Pratiques de Fabrication des produits cosmétiques. La norme ISO22716 donne des lignes directrices pour la production, le contrôle, le stockage et l’expédition des produits cosmétiques. 

Le respect des BPF selon cette norme est une exigence du règlement européen (CE) N°1223/2009 relatif aux produits cosmétiques. Du fabricant au distributeur en passant par l’importateur, tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement sont concernés par cette réglementation afin d’assurer la qualité et la sécurité des produits cosmétiques circulant au niveau européen.

L’obtention de cette nouvelle accréditation est l’aboutissement d’un travail initié il y a deux ans, d’investissements en matériel, d’aménagement des locaux, de prise en mains de nouvelles pratiques, de rédaction de nombreux documents et de l’investissement de toute une équipe. Elle vise avant tout à la qualité des productions et à la satisfaction renouvelée des clients d’Iterg dans le domaine cosmétique.

 

Équilibre entre protéines végétales et animales : regards croisés

Lors des dernières journées nationales Francophones de la nutrition (JFN), Terres Univia et Interbev, l’Interprofession de la viande, ont proposé un atelier sur l’équilibre entre protéines végétales et animales. Retrouvez la vidéo de cet atelier, avec les regards croisés entre un nutritionniste, un agriculteur et un agronome.

Au fil d’une cinquantaine de minutes, cette vidéo met en avant les expertises sur l’équilibre entre protéines animales et végétales autour de trois axes : la nutrition, l’agronomie et le terrain. Vous pourrez découvrir trois présentations complémentaires :  
- Didier REMOND, directeur adjoint de l’unité de nutrition humaine de l’INRAe à Clermont-Ferrand, explique quelles sont les spécificités et complémentarités nutritionnelles des aliments sources de protéines végétales et animales. 
- Jean-Louis PEYRAUD, directeur scientifique adjoint agriculture de l’INRAe, montre, de son côté, la complémentarité agroécologique entre animal et végétal. 
-Enfin, Antoine CARRE, éleveur et producteur de légumineuses et d’oléagineux, livre son témoignage.

A regarder sur : https://youtu.be/2gfi_a0ocjI

 

Parution de l’édition 2020 du Recueil Statistiques Terres Univia sur les oléagineux et les plantes riches en protéines

L’édition 2020 du Recueil Statistiques Terres Univia sur les oléagineux et les plantes riches en protéines vient de sortir. Vous pourrez y retrouver tous les chiffres, de la production à la consommation, sur les oléagineux et les plantes riches en protéines en France, dans l’Union européenne et dans le reste du monde.

Le document (PDF, 938 ko) peut être téléchargé sur le site de Terres Univia. Le recueil est également disponible en format papier sur simple demande auprès de Terres Univia.