Open Access
Numéro
OCL
Volume 22, Numéro 1, January-February 2015
Numéro d'article N101
Nombre de pages 7
Section Actus/News
DOI https://doi.org/10.1051/ocl/2014054
Publié en ligne 19 janvier 2015

Conference

Journées Chevreul 2015 : Lipids & Brain 3 Paris (FIAP Jean Monnet) - Monday 16th to Wednesday 18th March 2015

The French Society for the Study of Lipids (SFEL) and SCI are pleased to invite you to participate in the Journées Chevreul Lipids & Brain 3 2015 conference which will be held in Paris on 16–18 March, 2015, at FIAP Jean Monet. Since 2007, the SFEL organizes this research conference every 4 years which, over a period of 3 days, examines the latest findings in this field of research within a framework of human health and nutrition. The Lipids & Brain 3 2015 Conference follows on from the success of the previous conferences of 2007 and 2011 held in Paris, which have hosted more than 200 participants from more than twenty countries. At those conferences, two outstanding scientists were honored with the French Chevreul Medal for their pioneering research- Dr Stanley I. Rapoport (Bethesda, USA) and Pr. Nicolas G. Bazan (New Orleans, USA). The Lipids & Brain 3 2015 Conference will bring together leading researchers to present the latest findings into both fundamental and applied research on the metabolism and the biological effects of polyunsaturated fatty acids (PUFAs) within the brain and the retina, but also others specific fatty acids and structured lipids. Recent advances on the metabolism and bioactivity of long-chain PUFAs in the central nervous system, particularly that of docosahexaenoic acid (DHA), will be examined during development and ageing. The action of PUFAs on infant development, as well as that of long-chain monounsaturated fatty acids and lipid micronutrients, will also be addressed. Three specific sessions will be devoted to the latest insights into brain (ischemia and Alzheimer’s Disease) and ocular pathologies and neuropsychiatric disorders. The conference will end with recommendations for brain and eye nutrition and a session on emerging areas of research. The conference format is once again explicitly designed to promote discussion and interaction between participants and speakers.

The next Journées Chevreul 2015 Lipids & Brain 3 Conference will provide an opportunity to extend our knowledge in these fields of research and on the relationship between nutrition, fatty acids, lipids and central nervous system function during development and ageing. Professor Michael Angus Crawford from Imperial College (London, UK) will be honored for his research on DHA metabolism, neurosignaling and human brain evolution. Professor Crawford is one of the pioneer researchers who was actively involved in the discovery of the essentiality of omega 3 fatty acids, and the presence and the functions of DHA in brain membranes.

Scientific Committee: Bernadette Delplanque, Philippe Guesnet, Rob Winwood, Pascale Barberger-Gateau, Michel Linder, Claire Bourlieu.

Programme Monday, March 16 2015

9 h Registration and coffee

9 h 45 Introduction by the President

Metabolism and mechanisms of action of polyunsaturated fatty acids in the brain

10 h

Metabolic fate of AceDoPC, a stable form of LysoPC-DHA to target the brain (Michel Lagarde, France).

Molecular principles for docosahexaenoic acid retention and for its cell survival bioactivity in the nervous system (Nicolas G. Bazan, USA).

β-oxidation and rapid metabolism, but not uptake regulate brain eicosapentaenoic acid levels (Richard P. Bazinet, Canada).

Coordinated transcription during human development and aging of genes coding for brain polyunsaturated fatty acid metabolism (Stanley E. Rapoport, USA).

Nutritional n-3 PUFAs deficiency during perinatal period alters brain immune system and neuronal plasticity (Sophie Laye, France).

Resolvins promote resolution of brain inflammation via microglial cell polarization (Corinne Joffre, France).

12 h 15 – 14 h Lunch / Poster Session

Chevreul medal: Pr Michael A. Crawford, UK Past, present and future: the extreme conservation of neurosignaling and the cost of mental ill-health.

15 h coffee break

Lipids and infant development

15 h 30–17 h 15

Randomized controlled trial of maternal omega-3 long-chain PUFA supplementation during pregnancy and early childhood development of attention, working memory, and inhibitory control Molecular (Maria Makrides, Australia (title to be confirmed)).

May nervonic and lignoceric acids be important for early development in premature infants? (Birgitta Strandvik, Sweden).

Early nutritionnal determinants of cognitive development in children of the Eden mother-child cohort – Role of polyunsaturated fatty acids (Barbara Heude, Jonathan Bernard, France).

Parenteral nutrition and brain development after preterm birth (Randal K. Buddington, USA).

Why lutein is important for the eye and the brain (Maria Ramirez, Spain).

Tuesday, March 17 2015

Dietary lipids, ageing and brain pathologies

9 h

Lipid signaling: connecting inflammation and lipid metabolism (Mojgan Masoodi, Switzerland Brain Ischemia).

Impact of stroke-associated infection on long-term survival: a cohort study (title and author to be confirmed).

Palmitic and stearic acid methyl esters as potential vasodilators and neurotransmitters (Hung W. (Kevin) Lin, USA).

A novel therapeutic strategy for experimental stroke using docosahexaenoic acid complexed to human albumin (Ludmila Belayev, USA).

10 h 30 – 11 h coffee break

A parenteral lipid emulsion protects from mitochondrial dysfunction in a MCAO mouse model of ischemic stroke (Gunter P. Eckert, Germany).

Role of HDL in brain ischemia/stroke (Olivier Meilhac, France).

Dairy fatty acids intake is protective against the occurrence of vasospasm after subarachnoid haemorrhage, while omega6 fatty acids exert an opposite role (Jean-Charles Martin, France).

12 h 00 – 14 h Lunch / Poster Session

Alzheimer disease

Deteriorating brain uptake of glucose but not ketones in Alzheimer’s disease: Could medium chain triglycerides be of therapeutic benefit? (Stephen C. Cunnane, Canada).

Long-chain n-3 PUFA and cognition in older people: interaction with Apolipoprotein E genotype (Pascale Barberger-Gateau, France).

A unique brain lipidome and metabolome biosignature in Alzheimer’s Disease? (Giuseppe Astarita, USA).

The rationale and efficacy of Souvenaid, a medical food targeting synaptic dysfunction in early Alzheimer’s disease (John W.C. Sibjen, the Netherlands).

Cholesterol and late-life cognitive decline (title and author to be confirmed).

15 h 50 – 16 h 20 coffee break

Psychiatric disorders and neurological pathologies

16 h 20 – 17 h 30

Modern Fats and the Modern Mind: Aggression and Depression (Joseph R. Hibbeln, USA).

Omega-3 for child behaviour and learning: clinical trials in ADHD and the general population (Alexandra J. Richardson, United Kingdom).

Phospholipids, Arachidonic Acid, and Eicosanoids Signaling in Schizophrenia (Jeffrey K. Yao, USA).

Wednesday, March 18 2015

Lipids and eye diseases

9 h

Fatty acids and the prevention of ocular pathologies: where do we stand? (Lionel Bretillon, France).

A Novel Role for Very Long Chain Fatty Acids in Brain Function (Blake R. Hopiavuori, USA).

Lipids and eye diseases: an epidemiological perspective (Cécile Delcourt, France).

Phospholipase A2, the neurotrophin pigment epithelial derived factor and lipid mediators regulate corneal nerve regeneration (Haydee Bazan, USA).

10 h 30–11 h coffee break

Recommendations for brain nutrition

Alterations in dietary n-3 and n-6 fatty acids for treating chronic headaches (Christopher Ramsden, USA).

Choosing foods to balance competing n-3 and n-6 HUFA and their actions (Bill Lands, USA).

Requirement for brain development (Robert A. Gibson, Australia (title to be confirmed)).

12 h 20 – 14 h Lunch / Poster Session

Emerging areas of research

14 h–16 h

Has the key role of Arachidonic Acid in the development of neural systems in infants been forgotten? – a topical review (Rob Winwood, United kingdom).

Impact of the gut microbiota on brain development and function (Sylvie Rabot, France).

The preterm pig as a translational model to study the role of lipids in growth and development (Randal K. Buddington, USA).

Lecithin Extracted from a Marine Source in the Form of Nanoliposomes Promotes Neural Network Arborization and Formation in Primary Neuronal Cultures (Elmira Arab-Tehrani, France).

Tracing neural development and rhythms in a benchtop perfusion platform for combined long-term microelectrode in vitro electrophysiology and time-lapse imaging (Axel Blau, Italy).

Dietary triglycerides act on mesolimbic structures to regulate the rewarding and motivational aspects of feeding (Serge Luquet, France).

Online registration will be soon available on the website of the SFEL at http://www.sfel.asso.fr/fr/accueil,2.html.

For more informations, please contact bernadette.delplanque@u-psud.fr or guesnet07@gmail.com

Campagne

Une année très difficile pour les huiles d’olive et les olives françaises...

Si les craintes de la fin de la première décennie des années 2000 étaient la vente de l’huile d’olive avec une année record à 7000 tonnes, celles-ci se sont dissipées depuis longtemps! Après une très petite année en 2011/2012 à 3 200 tonnes, suivie de deux années moyennes aux alentours de 4 800 tonnes, la campagne 2014/2015 s’annonce catastrophique. Les professionnels osent à peine envisager arriver aux 1500 tonnes de production ce qui signifie qu’avec des stocks à zéro, l’année 2015 s’annonce comme une année de pénurie en huile d’olive comme en olives françaises.

Comment est-ce possible ? La faute à un climat très particulier : peu de périodes froides (en-dessous de 0 °C) pendant l’hiver 2013/2014 qui ont ainsi préservé les larves d’insectes parasites de l’olive comme de l’olivier, un printemps doux et très chaud sur la floraison (ce qui a empêché la transformation d’un certain nombre de fleurs en fruits), un été sans grande chaleur (les grandes chaleurs entraînent la mort de certains parasites comme la mouche de l’olive), suffisamment pluvieux pour rendre inefficace les traitements bio comme conventionnels mais avec des quantités d’eau insuffisantes pour éviter la sécheresse à nombre d’oliveraies du Midi, et un automne particulièrement doux. Toutes ces conditions ont favorisé un insecte particulièrement dangereux pour nos olives : la mouche de l’olive, parasite qui entraîne une chute importante des olives.

Certes, la production française est une petite production : elle représente moins de 5 % de la consommation française d’huile d’olive et à peine 3 % de la consommation d’olives. Il ne faut donc pas alarmer le consommateur qui trouvera bien entendu de l’huile d’olive sur les rayons des supermarchés.

Mais la production française est une production de haute qualité, représentative des terroirs du Midi gorgés de soleil et empreints d’un esprit de conservation des variétés (plus d’une centaine sont cultivées en France sur les mille existantes dans le monde), de la biodiversité et du savoir-faire traditionnels.

La filière oléicole française a un historique marqué par de nombreuses difficultés dont certaines l’ont quasiment fait disparaître (le gel de 1956 ou celui de 1985). C’est à force de volonté et de passion qu’elle s’est reconstruite pour arriver aujourd’hui à une cohabitation relativement harmonieuse entre oléiculteurs professionnels et oléiculteurs amateurs, moulins privés et coopératifs, qui ont, ensemble, créé une interprofession en 1999 : l’Association Française Interprofessionnelle de l’Olive. De nombreux efforts ont été faits pour améliorer la productivité, pour produire de l’huile et des olives de grande qualité, pour développer les Appellations d’Origine (aujourd’hui, 50 % de la production française commercialisée est en Appellation) mais aussi pour développer des marchés en France comme à l’export.

Aujourd’hui, la filière se retrouve confrontée à la plus grande difficulté qu’elle ait eu à affronter depuis 1956, mettant en péril des domaines oléicoles mais également des moulins et des confiseurs d’olive, donc des emplois, et privant les consommateurs fidèles de leurs produits fétiches.

Rassurons le consommateur, cette pénurie importante n’entraînera pas une flambée des prix car, rappelons-le une nouvelle fois, l’huile d’olive de France ne représente que 5 % de notre consommation d’huile d’olive. Qui plus est, elle est en dehors de toute cotation mondiale des huiles d’olive, dominée par l’Espagne et l’Italie. L’huile d’olive de France est une huile dont les tarifs varient entre 16 et 25 ? le litre du fait d’une production tournée vers la spécificité de ses goûts et la multiplicité de ses variétés (variétés traditionnelles, endémiques à chacune des régions et qui sont beaucoup moins productives que les variétés espagnoles), bref une huile d’olive de caractère.

Pour 2015, la conséquence principale, pour le consommateur, est que les étals seront peu fournis et qu’il sera difficile de se procurer de l’huile d’olive et des olives de France.

Enquête

Huile de palme : quelle consommation en France ?

Depuis plusieurs années, les données dont on disposait concernant la consommation moyenne d’huile de palme en France – 5,5 g par jour et par Français – reposaient sur les quantités importées en 2009 pour l’agroalimentaire (126 000 tonnes) divisées par le nombre d’habitants (65 millions), et non sur les quantités réellement ingérées par les Français. C’est pour permettre à chacun de bénéficier d’estimations basées sur des consommations réelles, plus fiables et précises, que l’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable a demandé au CREDOC de procéder à une estimation des quantités ingérées en se basant sur l’enquête de consommation alimentaire la plus récente, « Comportements et Consommations alimentaires en France CCAF 2013 ». Cette enquête du CREDOC mesure les consommations en utilisant un carnet alimentaire qui recense sur 7 jours consécutifs l’ensemble des consommations des Français combiné au cahier photo SU.VI.MAX qui permet d’obtenir les portions consommées.

Les nouveaux chiffres présentés par le CREDOC relativisent l’impact supposé de cette matière grasse végétale sur la santé des Français :

  • 2,8 g/j (fourchette d’estimation : 2,2 g/j à 5,5 g/j) pour la population générale (3 ans et plus);

  • 3,3 g/j [2,6–6,1] chez les 3–14 ans;

  • 2,7 g/j [2,0–5,2] chez les adultes (15 ans et plus). Traduits sous forme de contribution de l’huile de palme aux apports totaux en acides gras saturés (AGS) des Français, ces résultats sont tout aussi parlants :

  • 7 % des AGS chez les 3–14 ans;

  • 4 % des AGS chez les 15 ans et plus.

« Bien entendu, une forte consommation de matières grasses, dont l’huile de palme, n’est pas souhaitable », rappelle le Pr Bernard Guy-Grand, coordinateur de l’état des lieux du Fonds Français pour l’Alimentation et la Santé sur l’huile de palme paru fin 2012. « Chez un sujet normal avec une alimentation diversifiée, des quantités modérées d’acide palmitique, présent dans beaucoup d’huiles, ne semblent pas poser de problème. Par ailleurs, les niveaux de consommation constatés par cette analyse ne justifient en aucun cas la controverse dont l’huile de palme a fait l’objet. »

Sondage

2/3 des Français soutiennent la production des biocarburants par l’agriculture française

Alors que les débats sur le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte ont débuté à l’Assemblée Nationale, Sofiprotéol, en partenariat avec l’Ifop, publie les résultats d’un sondage sur la notoriété et l’image des biocarburants au sein de l’opinion française. Réalisé en juin 2014 auprès d’un échantillon de 1007 personnes, ce sondage indique que les Français soutiennent le développement des biocarburants : près des deux-tiers (64 %) approuvent le fait que l’agriculture française produise des biocarburants qui peuvent se mélanger à des carburants d’origine pétrolière et 82 % sont favorables à l’arrivée progressive des biocarburants de deuxième génération sur le marché français. Parmi les raisons motivant ce soutien, 80 % des sondés considèrent que la France doit être capable de réduire sa dépendance aux énergies fossiles. Ils marquent ainsi leur adhésion à l’un des objectifs clés du projet de loi relatif à la transition énergétique – « Consommer mieux en économisant l’énergie » – lequel porte tout particulièrement sur la réduction des consommations de carburants fossiles et le développement des biocarburants.

Pour les Français, l’intérêt des biocarburants et leur potentiel de progrès portent principalement sur l’alternative qu’ils offrent aux énergies fossiles (77 %), sur les débouchés qu’ils peuvent offrir à l’agriculture française (74 %) ou encore sur leur impact limité sur la pollution, notamment en réduisant les rejets de particules et de fumée noire (74 %). En ce qui concerne la question de l’allocation des sols, 70 % des sondés restent persuadés que l’agriculture française et européenne peut répondre à la fois aux besoins alimentaires et aux besoins énergétiques de la population. Un chiffre en nette progression par rapport à 2012 (+10 points), marquant le recul de l’idée selon laquelle les cultures énergétiques concurrencent les cultures alimentaires, accaparent les terres et provoquent une hausse des cours des matières premières agricoles. Dans cette perspective, les sondés sont 82 % à être favorables à l’arrivée progressive des biocarburants de deuxième génération sur le marché français et 87 % à considérer que les réglementations futures, à l’instar du projet de loi relatif à la transition énergétique, devraient les promouvoir. Ces nouveaux biocarburants seront notamment produits à partir de plantes, de résidus agricoles, de résidus forestiers ou encore de déchets organiques ménagers. « Les filières des biocarburants sont à la croisée des mondes de l’agriculture, de l’industrie, de l’énergie et de la recherche », conclut Jean-Philippe Puig, Directeur Général de Sofiprotéol. « Elles répondent à de nombreux enjeux actuels, de la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’indépendance énergétique, en passant par le dynamisme industriel de nos régions. Elles permettent de générer des emplois pérennes dans les territoires et représentent la seule source de carburants liquides renouvelables pouvant se substituer facilement aux carburants pétroliers. »

S’ils sont nombreux à percevoir les avantages économiques, environnementaux et énergétiques des biocarburants, les Français se révèlent plus partagés lorsqu’on les interroge sur la compatibilité des biocarburants avec les motorisations diesel : les biocarburants sont compatibles avec les motorisations diesel pour 55 % d’entre eux, contre 41 % partageant l’avis contraire. Pour les Français, le véhicule de demain privilégiera les modes de propulsion hybride. Ils considèrent en effet que la voiture de ces vingt prochaines années combinera électrique et biocarburants (80 %), électrique et essence (75 %) et électrique et diesel (69 %). Le « 100 % électrique » convainc 64 % des répondants, alors que le « 100 % biocarburants » convainc pour sa part 53 % des sondés.

Méthodologie : Étude réalisée par l’Ifop les 20 et 21 juin 2014, auprès d’un échantillon national représentatif de la population française, composé de 1007 personnes âgées de 15 ans et plus. Échantillon construit selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille), après stratification de la région et de la taille d’agglomération.

Bourse

Contrats à terme et d’options sur la graine, le tourteau et l’huile de colza

Euronext, principal opérateur boursier de la zone Euro, a lancé le 14 novembre 2014 son complexe. Cette offre, inédite par la variété des produits proposés, permettra à l’industrie de négocier des contrats individuels à terme et d’options sur le tourteau, la graine et l’huile de colza. Euronext est la première Bourse à proposer une solution complète de couverture au marché pour le colza, qui se décline ainsi :

  • des contrats à terme et d’options sur la graine de colza;

  • des contrats à terme et d’options sur le tourteau de colza;

  • enfin, des contrats à terme et d’options sur l’huile de colza.

Ce complexe couvre l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement de la filière et apporte une solution à la volatilité accrue des prix sur l’huile et le tourteau de colza. Il permettra aux opérateurs de gérer la marge de trituration dans son intégralité, de la graine à l’huile, jusqu’au tourteau. Par ailleurs, les contrats huile et tourteau sont issus de graines de colza non OGM, en accord avec les caractéristiques souhaitées par la filière. Le complexe colza est également une nouvelle réponse offerte au secteur du biodiesel, puisqu’il permet aux acteurs du secteur pétrolier de couvrir leur exposition à la partie des huiles végétales incluse dans ce composant des agro-carburants.

Les points de livraison pour le contrat huile se situent dans les zones portuaires d’Anvers, Amsterdam, Gand et Rotterdam. Pour le tourteau, les points de livraison sont : Anvers, Gand en Belgique, la partie avale de la vallée du Rhin en Allemagne et Rotterdam aux Pays-Bas.

Anthony Attia, Président directeur général d’Euronext Paris, a déclaré : « Nous constatons un grand intérêt de la part des acteurs du marché pour notre activité de matières premières. La démarche d’Euronext est de pouvoir proposer des produits innovants, complets et de qualité, adaptés aux besoins des filières industrielles. C’est grâce à ce dialogue permanent avec nos clients que nous parvenons à nous positionner comme acteur de référence sur des contrats tels que le blé meunier, le colza ou encore le maïs. »

Lionel Porte, Responsable de développement produits, matières premières d’Euronext, a commenté : « Depuis de nombreuses années, le contrat à terme sur le colza est devenu la référence européenne en matière de cotation des prix du marché physique du colza et des oléagineux, avec plus de 76 millions de tonnes échangées depuis le début de l’année sur le contrat à terme. Le déploiement du complexe colza, qui par ailleurs bénéficie pleinement du soutien de la filière en Europe, vient ainsi élargir notre offre à l’huile et au tourteau de colza. Avec ces nouveaux contrats, nous répondons aux besoins des opérateurs européens et internationaux, les accompagnant ainsi dans l’essor de l’industrie des bio-carburants et l’utilisation croissante des huiles alimentaires et des tourteaux de colza dans l’alimentation animale. »

Les caractéristiques techniques du complexe colza sont disponibles sur le site internet d’Euronext : derivatives.euronext.com/commodities/rapeseed-complex.

Nominations

Le groupe Sofiprotéol réorganise sa communication

Sébastien Delerue est nommé directeur de la communication du groupe Sofiprotéol Il succède à Florence Doat-Matrot et pilotera, avec son équipe, la communication externe et interne du Groupe, en France et à l’international. Sébastien Delerue était depuis 2007 directeur de la communication, de la marque et de la RSE de PwC (PricewaterhouseCoopers) France & Afrique francophone. Précédemment, il était directeur communication corporate Europe pour Alcan Pechiney (de 2001 à 2007). Il a démarré son parcours en agence conseil en communication chez Burson-Marsteller (de 1994 à 2001), où il a accompagné divers acteurs industriels, notamment dans les secteurs de l’énergie, des télécoms et de l’automobile, sur des problématiques de communication institutionnelle et de crise.

Tom Doron est nommé responsable éditorial et des relations presse du groupe Sofiprotéol. Tom Doron était directeur conseil au sein du pôle corporate de l’agence depuis 2010. Il a développé une expertise spécifique et internationale sur les problématiques de communication de l’industrie agroalimentaire et a accompagné des acteurs emblématiques du secteur en communication corporate, sensible et de crise.

Florence Doat-Matrot devient directrice de Terres de Com et déploiera la marque-filière Terres OléoPro, après avoir assuré pendant 14 ans la communication du groupe Sofiprotéol et de la filière française des huiles et protéines végétales (Proléa). Sa mission : piloter le déploiement et la communication de la marque-filière Terres OléoPro. A travers cette nouvelle structure, Terres de Com, Florence Doat-Matrot et son équipe apporteront leurs compétences dans ce hub de communication dédié à l’ensemble des acteurs de la filière française des huiles et des protéines végétales : la fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux (Fop), l’interprofession des oléagineux (Onidol), l’interprofession des protéagineux (Unip), le centre technique des oléagineux (Cetiom) et l’entreprise industrielle et financière de la filière (Sofiprotéol). Terres OléoPro est une marque lancée en février 2014 à l’initiative des acteurs de la filière française des huiles et des protéines végétales. Elle a vocation à renforcer le lien entre tous les acteurs de la filière, de l’agriculteur à l’industriel, et à faire entendre d’une seule voix leur engagement dans l’avenir d’une agriculture innovante et respectueuse de l’environnement. Terres OléoPro rassemble 225 000 acteurs de la filière française des huiles et protéines végétales autour d’une même ambition : exprimer et valoriser la contribution socio-économique de la filière et son modèle créateur d’emplois et d’innovation, intégrant les enjeux environnementaux, contribuant à valoriser les territoires et générant des débouchés à l’export pour les savoir-faire français.

Signature

Le Cirad rejoint l’Alliance globale pour l’agriculture climato-intelligente

À quinze mois de la conférence des parties sur le changement climatique de Paris en décembre 2015 (Cop 21), le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, avait convoqué, le 23 septembre à New York, un sommet pour le climat. L’Alliance globale pour l’agriculture climato-intelligente a été lancée à cette occasion. La France est officiellement membre de l’Alliance dont la charte a été signée par la secrétaire d’État au développement et à la francophonie Annick Girardin. Dans la foulée, le Cirad a également signé son adhésion.

Cette Alliance a pour objectif de permettre à 500 millions d’agriculteurs du monde entier d’accroître la productivité agricole et les revenus, de renforcer la résilience des systèmes alimentaires et les moyens de subsistance des agriculteurs et de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre liées à l’agriculture. Elle est organisée autour de trois piliers : renforcement des connaissances et partage d’information, mobilisation de financements publics et privés et renforcement de leur efficacité, et création d’un environnement politique favorable.

Publications

L’agriculture climato-intelligente ne va pas de soi : débats, enjeux et leviers

D’après les derniers rapports du GIEC, le changement climatique aura de nombreux effets d’ici 2100, notamment de fortes modifications de température et de pluviosité, deux paramètres essentiels en agriculture. En première ligne, face à la menace : les productions agricoles et la sécurité alimentaire des populations qui dépendent de ces productions. Le secteur agricole est par ailleurs pointé du doigt pour sa responsabilité dans les dérèglements climatiques.

Dans ce contexte, de plus en plus de voix soutiennent une agriculture climato-intelligente (climate-smart agriculture). En septembre dernier, le gouvernement français et le Cirad ont adhéré à l’Alliance globale pour l’agriculture climato-intelligente. Si ce type d’agriculture regroupe différentes options techniques – la France et le Cirad ont clairement choisi celle de l’agroécologie – une seule ambition domine : intégrer les paramètres des dérèglements climatiques et des transformations agricoles dans une perspective de développement durable.

Dans un article publié en ligne par Nature Climate Change, mercredi 26 novembre 2014, un groupe de chercheurs montre que l’agriculture climato-intelligente ne constitue toutefois pas une solution technique ponctuelle. Elle nécessite un ensemble d’actions coordonnées entre les agriculteurs, les chercheurs et la société civile pour réorienter l’agriculture. Elle doit également, pour aboutir, bénéficier de politiques publiques innovantes et de mécanismes financiers revisités. Selon les auteurs de l’article, l’agriculture climato-intelligente poursuit trois objectifs : assurer durablement la productivité agricole et donc la sécurité alimentaire, être adaptée au nouveau contexte climatique et atténuer les émissions de gaz à effet de serre. Mais les défis sont nombreux. L’implication des producteurs, notamment dans les pays en développement, est tout sauf évidente. Afin de soutenir leur capacité adaptative, les institutions locales et nationales doivent également être renforcées. Selon Emmanuel Torquebiau, chercheur au Cirad et un des auteurs de l’article, « si des efforts en matière de politiques publiques et de finance ne sont pas d’actualité alors les options techniques ne pourront avoir d’effet sur le long terme ».

Pour le chercheur, les trois principaux défis consistent alors à : ne pas séparer l’objectif d’adaptation de celui d’atténuation, favoriser la cohérence entre les politiques sur le climat et celles consacrées à l’agriculture, relier financements pour le climat et financements pour l’agriculture.

Comment le changement climatique affecte l’agriculture ? Les principaux effets sont : l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des événements extrêmes (sécheresse, fortes pluies, inondations, fortes chaleurs), la hausse des températures moyennes, l’irrégularité de la pluviométrie, l’accroissement de la sécheresse dans des régions déjà asséchées, la réduction du rendement des principales cultures (maïs –3,8 %, blé –5,5 % à l’heure actuelle). La menace pèse autant sur les ruraux que sur les urbains à travers l’accès à l’alimentation en raison et, selon les projections, la baisse de la production et des revenus.

Comment l’agriculture contribue au changement climatique ? L’agriculture produit de 10 et 12 % des émissions de CO2 d’origine anthropique et jusqu’à 24 % si l’on inclut la déforestation et les changements d’usage des terres. Les principales sources agricoles de gaz à effet de serre sont : la fermentation entérique, l’épandage de fumier, l’utilisation de fertilisants de synthèse, la culture de riz irrigué (fermentation des bactéries anaérobiques), la combustion de la biomasse, le changement d’usage des terres.

Référence : Leslie Lipper, Philip Thornton, Bruce M. Campbell, Tobias Baedeker, Ademola Braimoh, Martin Bwalya, Patrick Caron, Andrea Cattaneo, Dennis Garrity, Kevin Henry, Ryan Hottle, Louise Jackson, Andrew Jarvis, Fred Kossam, Wendy Mann, Nancy McCarthy, Alexandre Meybeck, Henry Neufeldt, Tom Remington, Reynolds Shula, Pham Thi Sen, Reuben Sessa, Austin Tibu and Emmanuel F. Torquebiau. 2014. Climate-smart agriculture for food security. Nature Climate Change 4 : 1068–1072.

Les transformations dans le système de la coopération pour le développement

La coopération pour le développement est un domaine traditionnellement analysé par les économistes, qui privilégient les questions de l’efficacité, de la performance ou encore de la sélectivité de l’aide. La revue Mondes en Développement publie, sous la direction de chercheurs du Cirad et de l’Uqam, un ensemble d’articles qui mobilisent des regards disciplinaires nouveaux et offrent un éclairage original sur les évolutions récentes survenues dans ce domaine.

L’aide au développement est en profonde mutation. Elle devient à la fois plus complexe et plus technique. Il en résulte une opacité croissante du système de l’aide et des décisions qui lui sont liées : les décisions et les changements observés dans ce domaine sont de plus en plus difficiles à intégrer dans les mécanismes classiques du fonctionnement des démocraties, où il s’agit de pouvoir rendre des comptes sur les politiques conduites.

De nouvelles approches mobilisées en sciences politiques, en sociologie et en économie politique permettent de décrire le comportement spécifique de certains acteurs du système d’aide et d’apporter un éclairage original sur le système dans son ensemble. Elles sont illustrées par une série d’articles présents dans ce numéro de Mondes en développement.

Gabas J.J., Pesche D., Ribier V., Campbell B. (éd.). Les transformations dans le système de la coopération pour le développement. Mondes en développement, 165 : 172 p. 2014.

Les agricultures familiales du monde : définitions, contributions et politiques publiques

Les agricultures familiales sont au cœur des transformations mais aussi des contradictions contemporaines de l’agriculture. Elles ont été et sont toujours le creuset d’innombrables innovations ainsi que des grandes révolutions agricoles. Elles forment la base sociale de la plupart des pays en développement et contribuent à l’approvisionnement de leurs marchés locaux, nationaux et internationaux. Néanmoins, elles constituent, de manière paradoxale, la grande masse des ménages ruraux pauvres et en situation d’insécurité alimentaire à l’échelle mondiale.

Cet ouvrage précise le concept d’agriculture familiale et sa pertinence par rapport aux autres catégories d’agricultures. Il analyse les contributions économiques, sociales et environnementales des agricultures familiales ainsi que leur prise en compte par les politiques.

L’ouvrage constitue une version reprise et remaniée du rapport publié sous le même nom par le Cirad en mai 2013 pour le compte de l’AFD, du ministère français de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et du ministère français des Affaires étrangères, en préparation de l’année internationale de l’agriculture familiale (2014).

J.-F. Bélières, Ph. Bonnal, P.-M. Bosc, J. Marzin, J.-M. Sourisseau. 2014. Les agricultures familiales du monde : définitions, contributions et politiques publiques. Coll. A savoir, Coéd. AFD - Cirad.

Formations

Élaborer et mettre en œuvre une stratégie d’information

Après la version anglaise, le cours numérique Imark sur l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie d’information est désormais également disponible en français. Le cours Imark « Élaborer et mettre en œuvre une stratégie d’information » permet de se familiariser avec les notions de stratégie d’information et de gestion de l’information dans un environnement numérique.

Objectifs de ce cours : planifier avec succès une stratégie d’information dans une institution; différencier les usages de l’information numérique, en distinguant l’accès aux sources d’information externes et l’accès à l’information produite par l’institution; répondre aux besoins d’information des publics cibles pour définir des produits et des services adaptés; mettre en œuvre une stratégie d’information et à prévoir les ressources nécessaires (humaines, technologiques, financières).

La version française a été développée par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale (CTA) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Le cours est accessible en ligne sur : http://www.imarkgroup.org/#/imark/fr/course/D2

Programme 2015 des stages Iterg

Les actions de formations de l’Iterg proposent d’approfondir ses connaissances théoriques ou de les mettre en situation à travers des stages pratiques (analyse, dégustation). Le public visé : les professionnels des secteurs producteurs et les utilisateurs d’huiles, corps gras et dérivés pour des applications alimentaires et non alimentaires.

L’offre se décline en stages au programme et au calendrier prédéfinis (interentreprises) structurés en trois groupes de sessions se succédant dans l’année et en stages à la carte au programme défini en concertation pour répondre à des besoins spécifiques (intra-entreprise).

Le calendrier des stages interentreprises est le suivant :

  • de janvier à mars se tiennent les stages théroriques, organisés en partenariat entre l’Iterg et l’ENSCBP (Ecole Nationale Supérieure Ingénieur-Chimie-Biologie-Physique) rattachée à Bordeaux INP Aquitaine (Institut National Polytechnique Bordeaux Aquitaine) et constituant le cycle « Spécialisation Lipides et Applications Industrielles » des étudiants en 3e et dernière année de formation ingénieur.

  • en juin se tiennent les stages pratiques Iterg, organisés dans ses laboratoires en groupes restreints, pour s’adapter plus facilement aux stagiaires. Par exemple, vous pouvez acquérir ou perfectionner votre pratique des critères clés du contrôle qualité (acidité, indice de peroxyde, analyse des acides gras par CPG, dégustation des huiles d’olive vierges niveaux 1 et 2). Depuis 2014, en partenariat avec le CTCPA, ouverture d’un nouveau stage « Matières grasses en biscuiterie » pour faire comprendre les critères de sélection propres à ce secteur en lien avec les fonctionnalités requises.

  • en automne-hiver, se tiennent les stages théoriques Iterg, qui comptent généralement trois modules intitulés « Composition et propriétés des corps gras »; « Analyse et contrôle qualité des corps gras » et « Productions et transformations des corps gras – Procédés – Applications alimentaires ».

Les dates et programmes des sessions de janvier à mars 2015 sont déjà connues et désormais ouvertes à l’inscription. Elles sont regroupées sous quatre thématiques, mais chaque session est indépendante (inscription session par session).

  • Connaissances des corps gras :S3-Composition et propriétés des corps gras naturels du 20 au 23/01/2015 soit 3,5 jours; S4-Obtention et contrôle qualité des corps gras du 27 au 30/01/2015 soit 4 jours.

  • Applications non alimentaires des corps gras :S6-Huiles et industrie cosmétique du 10 au 13 février 2015 soit 4 jours; S7-Lipochimie et produits bio-sourcés du 17 au 20/02/2015 soit 3,5 jours; S9-Détergence et savonnerie du 11 au 13/03/2015 soit 3 jours.

  • Applications alimentaires des corps gras :S5-Industries alimentaires utilisatrices de corps gras du 3 au 6/02/2015 soit 4 jours; S8-Innovations nutritionnelles et fonctionnelles des matières grasses du 3 au 6/03/2015 soit 3 jours.

Ce cycle de 7 modules (S3 à S9), est précédé d’une session spécifique dédiée aux milieux dispersés : S2-Caractérisation des milieux dispersés du 14 au 16/01/2015 soit 3 jours.

Contacts : Odile Morin, responsable formations et chargée de communication scientifique et technique, Tél : 05 56 07 97 79; Sandra Lacour, assistante formations Tél : 05 56 36 54 55


© Published by EDP Sciences, 2015

Licence Creative Commons
This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.