Étude Imperial College sur les biocarburants

Une étude, commandée par Terres Univia à LCAworks, fournit une évaluation de l’expansion des principales cultures valorisées en biodiesel (soja, palmier à huile et colza) de 1990 à aujourd’hui. Elle vise à éclairer les discussions actuelles sur les biocarburants présentant un risque élevé d’ILUC (Changement d'affectation des sols indirect). Ceux-ci sont définis dans la révision de la directive sur l’énergie renouvelable (RED 2) comme des biocarburants issus de biomasses produites à partir de cultures vivrières ou fourragères pour lesquelles on observe une expansion importante des surfaces de production sur des terres riches en carbone.

Alors que les valorisations du soja et du palme en biodiesel semblent induire une déforestation et/ou une conversion des terres et donc des émissions de CO2, il n’apparaît aucune corrélation entre l’expansion des cultures d’oléagineux et la dynamique forestière, exception faite du Canada qui montre une légère perte de forêts.


Pour en savoir plus, consultez l'étude complète ou son résumé.